Accueil/logement, selection, urbain/LE NORWAY | Pointe Presqu’île | CAEN (14)

Project Description

 

Localisation :
Caen (14)
Maitre d’Ouvrage :
SEDELKA
Architecte :
VIB architecture
Equipe projet :
Murielle MONNIER
Anaïs MUNOZ
Félix CAMBESSEDES-PIGEON

Mission :
Complète
Surface : 8000 m²
Coût Construction  : n.c.
Performances :
RT 2012 – 20%
Ingénierie et économie :
SIBAT
OPC :
ITE

Perspectives:
©IDA+, VIB, INUI
Photo aerienne :
©Septieme ciel

 

 

 

Partager ce projet …

Concours lauréat 2017 _ Etudes en cours 

LE NORWAY | Ilot mixte, Lot 1  Pointe Presqu’île | CAEN (14)


Un Ilot ouvert entre les quais et la Grande Pelouse

 

Programme : Ilot Mixte | 78 logements – 53 en accession + 25 sociaux + commerces + locaux d’activités + parkings 

 

Le terrain est situé sur la Pointe de la Presqu’île de Caen, à la jonction du Bassin Saint Pierre et du Canal de Caen à la Mer. La Pointe de la Presqu’île est l’un des grands projets de rénovation urbaine de la Ville de Caen. Deux bâtiments majeurs, le Tribunal de Grande Instance (Pierre Champenois) et la Bibliothèque Alexis de Tocqueville (OMA), y ont été érigés aux abords d’un vaste aménagement urbain et parc paysager, la Grande Pelouse (Michel Desvignes et Inessa Hansch).

 

 

 

Cette opération mixte de logements/bureaux/commerces se concentre dans la partie Nord-Est du terrain, afin de favoriser de nombreux usages coté quai et pour ouvrir la vue sur la bibliothèque depuis la Vieille Ville et le Pont de la Fonderie.

Partant du gabarit enveloppe à 18m, de la même hauteur que la bibliothèque, nous avons imaginé moduler les volumes et de les abaisser au centre afin de :

 

– de créer deux volumes distincts pour les deux types de logements,

– d’ouvrir une transparence visuelle entre la Vieille Ville et la Grande Pelouse,

– de pouvoir, en contrepartie, rehausser le volume côté canal

 

L’ensemble est complété par une extension en rez-de-chaussée de la maison en pierre existante.

 

 

Ainsi, le projet s’inscrit dans une continuité de hauteur face à la bibliothèque, s’adapte aux constructions basses en bord de quai, pour émerger à la pointe ouest de la Presqu’île par un bâtiment signal, visible depuis les autres rives.

 

 

Afin de souligner l’expression architecturale d’un socle et d’une émergence en proue, nous utilisons une architecture rationnelle pour le socle et les volumes des logements sociaux, avec un matériau minéral dominant, comme le béton. C’est un matériau moderne et robuste qui fait passer la Presqu’île dans une nouvelle ère.

 

L’émergence des logements privatifs peut quant à elle revêtir une architecture plus expressive et affirmée qui souligne l’horizontalité du paysage. Des jardins d’hiver modulables, entièrement vitrés, animent les façades des logements en accession et permettent de nombreuses possibilités d’usage. De la même manière, des volets coulissants au droit des fenêtres et loggias des logements sociaux apportent au projet un aspect modulé et vivant tout au long de l’année.

 

Ces dispositifs, qui prolongent les logements vers l’extérieur, offre aux habitants la possibilité de vivre mi-dehors, mi-dedans et un nouvel art de vivre Caennais.