Accueil/enseignement, industriel, santé, selection/EASE centre de formation | Strasbourg (67)

Project Description

 

Localisation
Illkirch [67]
Maître d’Ouvrage :
Université de Strasbourg
Concours Lauréat
Janvier 2013
Architecte chantier :
Natalia ORBAI
Equipe projet :
Jessica JAVAUDIN
Julia COQUELLE
Célia HORN
Natalia ORBAI
Marie STEPHAN
Kiran LORETTE

Mission :
Base MOP + EXE + SYN + CSSI + HQE + ETA + BBC + STD + DEM + CEM + SIG + MOB
SHON :
4 290 m²
Coût construction :
12 M€ HT
Site :
Université de Strasbourg
Campus d’Illkirch (67)

BET STRUCTURE :
BATISERF
BET FLUIDES :
CERIS Ingénierie
Economiste :
C2BI
SSI :
BATISS
HQE :
GAUDIN
Perspectives :
©IDA+ | Horia TASCA [©vib] Photos fin de chantier :
©VIB | Natalia

 

vib_ease_strasbourg_perspective_ext

 

 

 

Partager ce projet …

 

Livré 2017

EASE CENTRE DE FORMATION |
Strasbourg (67)

Plateforme pédagogique de l’industrie pharmaceutique.

 

Ce projet d’Usine Ecole EASE (European Aseptic & Sterile Environment Training Center) a été conçu autour d’un dispositif atypique pour la formation aux métiers en salle blanche, imaginé par l’Université de Strasbourg, Alsace BioValley et plusieurs industriels locaux.

Le bâtiment reproduira en tous points une usine de production pharmaceutique. Il proposera plus de 2 500 m² de salles blanches sur 4 300 m² de SHON totale, dédiées à la formation.

EASE répondra à toutes les exigences d’une usine pharmaceutique, exprimées dans les Bonnes Pratiques de Fabrication Pharmaceutique. C’est une volonté forte de l’Université de Strasbourg qui a tenu à conférer d’emblée à ce centre de formation sa vocation sans précédent : former, dans des conditions industrielles réelles, des apprenants qui se destinent aux métiers de la production en milieu aseptique.

Nous avons conçu une façade qui puisse exister de jour comme de nuit et qui véhicule l’idée d’une transparence sur ces entrailles, d’un bâtiment qui abrite des espaces hautement confinés mais qui reste ouvert, car il s’agit avant tout un outil de diffusion d’un savoir et non d’un équipement confiné et fermé sur un process qui serait protégé.

 

 

 

 

 

 

Nous avons abordé la complexité du programme en donnant à tous les utilisateurs et visiteurs des espaces de travail et d’apprentissage confortables et adaptés à des pratiques et protocoles inhabituels.

Les salles blanches sont regroupées à l’étage en un ensemble le plus compact possible et désolidarisées de l’enveloppe du bâtiment. Elles forment le cœur du dispositif. Elles reposent sur de larges plateaux techniques, libres de toute structure porteuse et restent ainsi facilement modulables.

 

 

Dans chaque module de fabrication et chaque laboratoire, la pression, la température, l’hygrométrie et la concentration de particules seront maitrisés. Ainsi nous reproduisons l’ensemble de l’environnement physiologique et psychologique des conditions réelles d’intervention dans ces espaces.

 

 

 

 

Autour de ces salles essentielles au projet, nous avons conçu une galerie périphérique, plus ou moins large qui permet à des groupes de découvrir le process depuis l’extérieur, sans enfiler les équipements lourds nécessaires pour l’accès à l’intérieur des salles blanches. Cette galerie n’est pas un simple couloir mais un véritable espace de déambulation et d’enseignement, ou l’échange et les interactions sont possibles. Elles sont largement vitrées et ouvertes sur le campus.

Le dispositif est complété par des salles de monitoring  et des salles de formation pour relayer ou développer les activités de la zone fermée.

Le hall d’accueil regroupe un fond documentaire et deux showrooms ou les acteurs privés de l’industrie pharmaceutique sont invités à venir installer et faire des démonstrations de leurs équipements et ainsi participer à la vie du bâtiment.

 

 

 

 

 

Dés sa conception, le bâtiment a été dimensionné avec la possibilité d’une extension de la zone salles blanches, au niveau 1 et au Sud du bâtiment que nous réalisons, sans reprise des éléments porteurs du RDC.

 

 

image